Site officiel de la commune de Plan-les-Ouates
Politique

Discours de Thierry Durand lors du vernissage del'exposition des projets sur les parcelles « Piscine » de la ZIPLO

Discours de Thierry Durand, conseiller administratif,  prononcé à l'occasion du vernissage de l'exposition des projets sur les parcelles « Piscine » de la ZIPLO le 11 novembre 2010.


Madame la Maire, qui nous rejoint dans quelques instants,
Monsieur le Conseiller administratif,
Monsieur le Président du Conseil municipal,
Monsieur le Président de la commission ad hoc des parcelles dites la Piscine,
Mesdames et Messieurs les membres du Conseil municipal,
Monsieur le directeur de la Fondation des terrains industriels,
Monsieur le Président du jury,
Mesdames et Messieurs les membres du Jury,
Messieurs les architectes lauréats,
Mesdames et Messieurs les architectes,
Chères invitées, chers invités,
Mesdames, Messieurs,


C’est avec une réelle émotion que j’ai le plaisir, au nom des autorités de Plan-les-Ouates, d’inaugurer officiellement cette exposition des projets qui ont concouru pour la réalisation d’un centre biotechnologique et services municipaux au lieu-dit « ZIPLO – Piscine ».

Ce plaisir fait écho à la fois à l’histoire de ce projet, pour la commune de Plan-les-Ouates, à l’ambition qu’il porte en lui-même, au déroulement du jury et aux défis qui  nous attendent…

C’est en effet en 2005 que la commune de Plan-les-Ouates a acquis 4 parcelles dans la ZIPLO au lieu-dit la Piscine. Si cet endroit a cette appellation « vernaculaire », c’est bien pour mettre l’accent sur ce trou qui date de plus de 20 ans….

Cette acquisition poursuivait deux buts bien précis : pouvoir y construire une caserne pour notre compagnie de pompiers volontaires et un parking public.

Pour différentes raisons qu’il serait fastidieux, et finalement peu intéressant, de mentionner ici, ce projet a sommeillé quelques années jusqu’au début 2008, date à laquelle le Conseil municipal a mis sur pied une commission ad hoc pour élaborer un projet et, combler cette « Piscine ». Cette commission s’est réunie pour la première fois le 28 avril 2008.

Durant près d’une année et demie, en plus d’une dizaine de séances, cette commission a travaillé  pour imaginer de quelle manière valoriser ces terrains, en effectuant notamment moult audition de différents acteurs. Au terme de ce processus à la fois de gestation et d’appropriation de ce très gros projet, la commission a proposé au Conseil municipal un projet de résolution affirmant certains principes pour aller de l’avant. Ironie de l’histoire, cela fait un an, presque jour pour jour, que cette résolution a été adoptée par le Conseil municipal à une très large majorité de 17 oui et 2 abstentions.
Cette résolution fixait un certain nombre de règles qui a permis de commencer la concrétisation de ce projet en affirmant, notamment, la volonté des autorités de Plan-les-Ouates,

  1. de conserver la maîtrise foncière,
  2. d’élaborer un programme comprenant principalement un parking public et privé, une caserne pour les pompiers, une crèche, des locaux pour des services de proximité, une installation pour du chauffage à distance et, naturellement, des locaux industriels pour des activités de biotechnologie,
  3. de proposer un montage financier incluant des partenaires externes, la commune n’entendant financer que les projets purement communaux et
  4. d’établir des partenariats avec des institutions d’intérêts publics.

C’est donc sur cette base que le Conseil administratif, toujours en étroite collaboration avec cette commission et en particulier son Président, a établi un partenariat avec la Fondation des Terrains industriels pour mettre en place un concours d’architecture dont nous voyons les fruits ce soir.

En 30 mois environ, la commune de Plan-les-Ouates a donc ressorti ce projet des tiroirs où il sommeillait pour arriver à un projet concret et visible. Cette gestation plus qu’éléphantesque peut paraître longue, mais elle comporte un avantage certain : le résultat que nous pouvons observer aujourd’hui jouit d’une large adhésion des autorités communales, ce qui est une condition nécessaire pour la suite de cette aventure.

Je parle d’aventure à dessein, car, je l’ai dis en introduction, ce projet est à mes yeux ambitieux. Et ce, à plusieurs titres :

  • Il a fallu d’abord convaincre les autorités cantonales de la pertinence de construire un parking public dans la ZIPLO. Ce n’était pas gagné d’avance. Raison pour laquelle la commune a entrepris différentes études de circulation en partenariat étroit avec la FTI, l’Association des entreprises de la ZIPLO et la DGM. La concrétisation de ces études est à bout touchant puisque, toujours avec ces mêmes partenaires, la commune est sur le point de mettre en place un plan de mobilité à l’échelle de la ZIPLO dont le financement sera, je l’espère, voté par le Conseil municipal la semaine prochaine dans le cadre du budget communal.
  • Le programme imposé aux équipes d’architectes est complexe puisqu’il mélange des activités purement économiques avec d’autres qui le sont moins voire pas du tout. Tout en maximisant la densité de cette construction puisque le terrain, en particulier industriel, est rare à Genève. Cela implique de mener une réflexion approfondie sur le fonctionnement du bâtiment.
  • La commune de Plan-les-Ouates souhaite créer, dans ce bâtiment, une crèche en collaboration avec les entreprises de la ZIPLO. Si l’idée, j’en suis convaincu, ne peut que séduire, elle n’est pas si simple à mettre en place, vous vous en doutez certainement. Cependant, je suis convaincu que nous arriverons à lever certaines résistances pour créer un partenariat avec quelques grosses entreprises de la ZIPLO afin de proposer aux collaborateurs, en fait surtout aux collaboratrices des la ZIPLO, des solutions adaptées pour la garde de leurs enfants en bas âge.
  • Le partenariat public-privé à mettre en place est assez inédit. Nous poursuivons  l’objectif de travailler avec la FTI, mais aussi avec la fondation des parkings et avec un ou des investisseurs privés. Tout n’est pas bouclé ce jour : un concours d’investisseurs est sur le point d’être lancé et les discussions avec les fondations se poursuivent. Mais je suis convaincu que nous arriverons à mettre sur pied un partenariat public-privé exemplaire.

Sans m’étendre trop sur le sujet, je souhaite relater en quelques mots l’expérience inoubliable à que j’ai eu le privilège de vivre : participer à un jury d’architecture. Pour le profane que je suis dans ce domaine, ce fut un grand plaisir que de débattre avec tous ces professionnels d’horizons différents pour décortiquer chacun des 11 projets qui avaient concourus. J’ai notamment pu me rendre compte concrètement de la complexité du programme que nous avions mis en place et c’était passionnant de découvrir à la fois de quelle manière chaque équipe y répondait et les arguments des différents membres du jury lorsque nous en discutions à bâtons rompus. J’ai trouvé passionnant de voir émerger le consensus auquel le jury a abouti au terme de ces travaux.

Une étape importante est franchie aujourd’hui. La commune de Plan-les-Ouates est fière de montrer ces projets et en particulier, naturellement, le projet gagnant de Messieurs Bassi et Carela. Elle se fait ainsi une idée très concrète de ce qui sera construit à la place de la « Piscine ».
Mais nous le savons toutes et tous. Si cette étape est derrière nous, celles qui suivent ne seront pas exemptes de difficultés, loin s’en faut. Sans faire une liste exhaustive des écueils qu’il faudra surmonter, il s’agit en particulier de finaliser les termes de notre collaboration avec la FTI, d’accompagner de près l’équipe d’architectes lauréate pour que nous puissions déposer une requête en autorisation de construire, chose que nous espérons pouvoir faire d’ici à l’été prochain, finaliser le bouclement du montage financier pour ensuite voir, enfin, quelques grues et pelles mécaniques combler progressivement ce trou pour qu’émerge ce magnifique futur bâtiment.

Je ne saurai terminer cette intervention sans adresser quelques remerciements qui se veulent autant vifs que sincères sans pour autant être exhaustifs, la liste serait trop longue…

Tout d’abord, Monsieur Philippe Moeschinger, directeur de la FTI qui n’a pas ménagé son énergie pour faire avancer ce projet.

Monsieur Luc Malnati, architecte mandaté comme chef de projet et président du jury qui a préparé ce concours avec un professionnalisme admirable et a mené les travaux du jury d’une main de maître, en conservant toujours le sourire et sa bonne humeur !

Tous les membres du jury qui ont mis à disposition leurs compétences de très haut niveau tout en restant parfaitement accessible et ouvert au débat.

Tous les experts, y compris communaux, qui ont participé activement à l’élaboration du programme et apporté leurs analyses au jury pour qu’il se forge une opinion avec clairvoyance.

Les membres de l’administration qui ont permis la réalisation de cette exposition.

Et finalement, les membres de la commission ad hoc Piscine du Conseil  municipal qui ont travaillé avec sérieux et enthousiasme pour ce projet, dans une ambiance que je me plais à relever de très constructive. Le président de cette commission, Monsieur Philippe Rochetin y est pour beaucoup. Grand merci Philippe.

Je vous remercie de votre attention et passe sans tarder la parole à M. Philippe Moeschinger, directeur de la FTI.