Site officiel de la commune de Plan-les-Ouates
Politique

Discours du 1er août 2009 de Mme Fabienne Monbaron, Présidente du Conseil municipal

Monsieur le Président du Conseil d’Etat,
Mesdames et Messieurs les députés au Grand‐Conseil,
Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs les membres des autorités communales de Plan‐les‐Ouates,
Chers concitoyennes et concitoyens,

En ce soir de 1er août, nous voici à nouveau rassemblés dans notre belle commune. Rassemblés pour partager un moment convivial, notamment grâce aux infrastructures mises à notre disposition par les services communaux, un moment d’amitié agrémenté par les délicieux mets et boissons préparés par les dames paysannes et l’Amicale des sapeurs‐pompiers. Que chacune des personnes qui ont œuvré pour la réussite de cette manifestation soit ici remerciée.

Si cette fête est l’occasion de partager de bons moments avec des amis, des voisins ou des
connaissances, de laisser exploser sa joie autour d’un verre, avec quelques feux d’artifices ou quelques pétards, de voir brûler un immense feu, il est bon de se souvenir qu’en premier lieu, ce qui nous réunit ce soir est la commémoration du renouvellement de l’acte fondateur de notre pays et par là, notre attachement à notre patrie, qu’elle soit d’origine ou d’adoption et je vous remercie et vous félicite d’être tous ici pour le témoigner.

Même si la Suisse, fondée sur un Etat fédéral moderne date de septembre 1848, date à laquelle elle s’est dotée d’une constitution, d’un Gouvernement et d’un Parlement, même si la première commémoration, marquée par la sonnerie des cloches de tout le pays, date seulement de 1891, même si ce n’est qu’au 19ème siècle que l’emblème de notre pays, une croix blanche sur son fond rouge, signe de solidarité et de fraternité, a trouvé son origine, cela fera cette année 718 ans que les trois collectivités rurales d’Uri, Schwyz et Unterwald ont décidé solennellement d’unir leur destin, et par là le nôtre, en créant ainsi l’une des plus anciennes démocraties au monde.


En cette année 2009, je ne vais pas m’attarder sur les différents dossiers qui ont été traités sur la commune puisque vous avez tout loisir, si vous le souhaitez, d’assister aux séances du conseil municipal qui sont publiques, de voir les décisions votées qui sont affichées au pilier public ou de consulter sur le site internet communal toutes les décisions politiques ou non qui sont régulièrement prises.

Je me contenterai de faire un parallèle très partiel entre l’agrandissement de notre commune et celui de notre pays. En effet, depuis 1291, 20 autres cantons ont adhéré à cet idéal et se sont regroupés tout autour du noyau dur initial, pour former au final en 1978, la Suisse telle que nous la vivons actuellement.


Si on la compare à Plan‐les‐Ouates, après sa séparation d’avec Compesières en 1851, force est de constater que le noyau dur du village se trouvait le long de la route de St Julien, avec quelques habitations regroupées dans les hameaux de Saconnex‐d’Arve et d’Arare. Au fil du temps, notre commune s’est agrandie puisqu’elle deviendra une ville de 10'000 habitants, probablement dans le courant de l’année prochaine et toutes ses habitations se sont étalées, selon un rythme assez soutenu ces dernières années, en partant du centre, pour rejoindre lentement, mais sûrement bon nombre de nos limites communales.


En 1291, des citoyens qui avaient probablement des idées différentes sur certains points de vue, ont su faire fi de leurs particularités. Ils ont décidé d’unir leurs forces permettant ainsi la construction de notre pays sur la base d’une volonté commune de vivre ensemble, en sécurité, en paix et libres. A noter que la Suisse d’avant l’Etat fédéral n’était pas ce lieu de liberté, de démocratie et de prospérité que nous célébrons. C’était une Suisse d’Ancien Régime, de suffrage censitaire, une Suisse de guerres religieuses.


Une Suisse où la pauvreté était telle, que les fils cadets ne pouvaient souvent espérer gagner leur pitance qu’en traversant l’Atlantique, ou en s’engageant dans le service mercenaire. La liberté, telle que l’ont conçue les Suisses à la création de l’Etat fédéral moderne en 1848, c’est la liberté d’opinion, la liberté de presse, la liberté de commerce et la liberté de croyance et de culte. Voilà ce qui fait l’identité suisse : notre attachement à ces libertés fondamentales.
Depuis, les habitants, par leur travail et leur intelligence ont su faire grandir ce pays sans buter sur des écueils linguistiques, culturels ou religieux pour lui permettre au travers de son économie, de ses entreprises, de ses organisations internationales et de ses musées, d’être une terre de savoir, d’ouverture, d’accueil et de respect des droits humains, soit une terre enviée où il fait bon vivre.
A Plan‐les‐Ouates les élus, tous partis confondus, poursuivent dans cette voie du vivre ensemble, et de vivre bien ensemble, puisqu’ils ont également su prendre à l’unanimité des décisions importantes pour l’avenir, comme notamment sur le périmètre de la Chapelle‐Les Sciers. Ils ont également choisi que ce soit la commune qui prenne en main le futur de ce quartier, en initiant elle‐même le plan directeur de quartier, pour étudier différents projets permettant finalement le choix du type d’urbanisation lui semblant le plus adéquat pour ce secteur. Au final que ce soit au niveau de l’aménagement, du social, de la culture ou du sport, l’esprit qui nous anime est guidé par le respect, le bien‐être de tous et particulièrement celui des générations futures auxquelles nous souhaitons léguer une commune aussi saine et agréable à vivre que celle qui nous a été laissée.

Au niveau cantonal également, les élus Plan‐les‐Ouatiens savent s’unir pour le bien de notre commune, comme par exemple cette année, lorsqu’ils ont déposé une motion (1) auprès du Grand Conseil pour mettre en avant la nécessité d’avoir enfin un tram sur notre territoire, condition sine qua non pour alléger la densité du trafic que nous connaissons et soulager les problèmes de parking qui sont tous deux, très perturbateurs.


Je me permettrai ici une parenthèse pour vous rappeler qu’auront lieu cette année en octobre les élections cantonales. Notamment l’élection au Grand‐Conseil, pour laquelle nous pouvons être heureux que bon nombres de candidats habitent Plan‐les‐Ouates. Pour la continuité du soutien apporté aux dossiers nous concernant, je ne saurais que trop vous recommander de voter, et d’ajouter sur vos listes, indépendamment des appartenances politiques, les noms de candidats de notre commune, afin qu’ensemble, ils puissent continuer à défendre, sur le plan cantonal, les valeurs qui nous sont chères.


Je peux avec fierté dire que les citoyens de Plan‐les‐Ouates prennent avec cœur leur destin en mains et prouvent par leurs actions, quelles soient politiques ou associatives combien nous souhaitons grandir en harmonie.


Après 718 ans, la devise traditionnelle « un pour tous, tous pour un » a toujours sa raison d’être, ni aujourd’hui, ni jamais je n’aurais honte de le dire, je suis fière d’être Suisse, fière d’être Genevoise, fière d’être Plan‐les‐Ouatienne.


Je vous souhaite à toutes et à tous une très belle Fête.


Vive Plan‐les‐Ouates, Vive Genève et Vive la Suisse.

Fabienne Monbaron
Présidente du Conseil municipal



(1) A noter que les députés n’ont pas déposé une motion mais 2 projets de loi (PL 10442 et 10443 en fév. 2009).