Site officiel de la commune de Plan-les-Ouates

Extraits de la conférence«Soutien aux jeunes sportifs; comment sont-ils aidés et par qui ?»

Conférence donnée le jeudi 3 mars 2011 à 19h30

 

Ce cycle de conférences ayant pour but de partager des idées, des points de vue ou encore des ressentis, nous vous livrons quelques uns des riches et passionnants échanges que nous nous ont offerts nos invités.

Xavier Blanc

La Suisse a choisi, historiquement, de ne pas opter pour un sport d'Etat, ce qui explique que notre modèle soit très différent de celui de la France par exemple, et que le financement du sport suisse incombe à la société civile.
Il y a actuellement en Suisse une forte inégalité entre jeunes sportifs, selon le canton et son système, selon aussi que l'on sait ou non "taper aux bonnes portes", selon les sports... les plus médiatisés ont plus de chance d'attirer des sponsors
Il n'y a pas de cohérence et de transparence entre les différents organismes qui aident les sportifs. Je travaille à une plate-forme qui permettrait de mettre en lien les sportifs qui ont besoin de soutien et les organismes qui peuvent leur venir en aide. Mais il faudrait une totale transparence sur le budget du sportif, les aides qu'il a reçues, ce qui permettrait aussi de mieux distribuer. Il faut que les sportifs jouent le jeu de la transparence s'ils veulent pouvoir être aidés.
L'Aide sportive suisse aide les sportifs individuellement, mais aussi par l’intermédiaire des fédérations, car certaines fédérations ont de la difficulté à boucler leur budget annuel en faveur de leur relève...

Michael Kleiner

Le canton de Genève est en train de revoir son système sport-étude afin qu'il soit plus efficace, plus transparent et l'idée est de suivre un peu l'excellent exemple vaudois. Nous souhaitons mettre un terme à la discrimination entre sports individuels et sports d'équipes.
Cependant, la priorité demeure la réussite scolaire et il faut préserver de bonnes conditions d'écolage. Par conséquent, nous avons choisi d'intégrer les élèves sportifs d'un même sport dans les classes régulières et mélanger les sportifs de différents sports dans les classes sport-études.

Pendant longtemps la Suisse a misé sur le sport de base et elle continue de le faire pour le bien de la population. Elle a récemment pris conscience de l'importance du sport d'élite et de son besoin d'encadrement et de soutien. Les autorités cantonales et communales sont en train de suivre ce mouvement en faveur d'un plus grand soutien du sport d'élite. Mais il ne faut pas non plus oublier que le sport va plutôt bien en Suisse, justement pour la base. Beaucoup de jeunes font du sport, ont accès à un très grand nombre de sports différents et les pratique régulièrement. C'est d'ailleurs là la fierté d'un grand nombre de collectivités publiques; celle que de pouvoir offrir à un maximum de jeunes filles et garçons l'accès au plus grand nombre de sports différents afin que chacun, quel que soit son talent, y trouve son compte et son plaisir.

Christian Febo

En tant que parents, il faut en effet devenir sponsor... et « manager » de son enfant sportif. (une mère dans le public a ajouté attachée de presse). Budget annuel de sport étude natation à Tenero (au Tessin), pour mon fils de 18 ans qui vise les JO de Londres... 30'000 francs, si on tient compte des déplacements aux compétition, des études, etc.  
Ce sont des sacrifices que nous pouvons faire, mais je pense à toutes les familles qui ne peuvent pas et aux jeunes, peut-être talentueux et qui, pour des questions d'argent, ne peuvent pas percer...
Tenero est une bonne structure mais c'est un sacré choix de laisser partir son enfant à 15 ans et demi...
Il est difficile de connaître les pistes à suivre pour savoir où chercher de l'argent. Ce n'est pas facile de toujours demander de l'aide à ses proches, ses amis, pour leur "vendre" mon fils...