Site officiel de la commune de Plan-les-Ouates
Culture

Art dans l'espace public

Au détour d'un chemin, d'un champ ou d'un parc, vous avez sûrement du appercevoir certaines oeuvres créées pour la Commune qui devient alors terrain d'exploration et d’expression pour des artistes qui nous proposent de porter un autre regard sur l’art.(Photos Laurent Barlier)

Fresques dans l'espace public

Vernissage des fresques le mercredi 21 juin, à 18h30, à l'arrêt de tram Trèfle-Blanc. Verrée à la Salle communale.

Article Tribune de Genève du 21 juin 2017

Arrêt de tram Trèfle-Blanc, par Tami Hopf

INTERVENTIONS ARtistiques à l'école le sapay (2015-2016)

Huit artistes ont été invités à réaliser un projet artistique à l’école Le Sapay. Le concours, organisé par la commission conjointe du Fonds de décoration de Plan-les-Ouates et du Fonds d’art visuel de Lancy, a abouti le 11 novembre dernier au choix de deux projets complémentaires et rassembleurs.

Vernissage des oeuvres le lundi 3 septembre, à 11h, à l’Ecole Le Sapay (Chemin Le-Sapay, 10, 1228 Plan-les-Ouates).

Parmi les propositions de grande qualité artistique, le jury s’est déterminé pour le choix de deux projets conceptuellement complémentaires. Through the looking glass, de l’artiste lyonnais Le Gentil Garçon, propose une enfilade de prismes chromatiques qui accompagne l’entrée de la future piscine et se prolonge à travers un miroir. Visible depuis l’esplanade, il propose un dialogue visuel mouvant et surprenant par son jeu de lumière, de couleur et de transparence. Fly with me, de l'artiste suisse Stéphane Dafflon, est un projet évolutif et participatif qui offre une nouvelle lecture sur ce que peut être une intervention artistique en milieu urbain. Huit mâts de hauteurs différentes font flotter huit bannières inspirées d’éléments d’architecture de l’école et de ses couleurs. En remplacement des bannières d’origine une fois usées, les élèves de l’école ou d’associations utilisatrices des lieux pourront prolonger la réflexion artistique pour en produire de nouvelles.

Dossier de presse inauguration du bâtiment des sports et vernissage des interventions artistiques

Communiqué de presse intervention artistique école Le Sapay

ART PUBLIC (projets 2011-2012) :

Intégrées dans un premier temps dans le réseau vert de la Commune, puis dans un second temps dans les zones de campagne, les oeuvres du projet "Art Public" sont le résultat d'une réflexion autour du nouveau statut de ville de Plan-les-Ouates. Pour plus de détails sur les projets, merci de bien vouloir consulter les présentations et les dossiers pédagogiques au bas de la page.

--> "LES AGGLOMERATS (Pelotes urbaines)" de Cécile Dupaquier et Bertrand Saugier (répartis en centre-ville) :

--> "LE CUBE" de Joëlle Flumet (Parc des Serves) :

-

--> "LES DUOLITHES" de Beat Lippert (Champ Struppler) :

"LE CHEMIN DE PAROLE" à La julienne (juillet 2007-octobre 2013)

Sous tes pieds suintent encore des terres humides
Longtemps traversées par les clans nomades disparition, sédentarisation de farouches Allobroges, ils tracent des chemins, puis les Romains les pétrifient. Chacun se met à combler les marais d’alors.
Bêtes et hommes se nourrissent en ce lieu vert et chevelu. Quelques fermes s’arriment à cette vaste voie européenne. Passages, dialogues, échanges de vivres, de secrets, sang neuf, épousailles.
Encore et toujours la voie, le chemin, la rue parcourt,  l’âme-eau  Plan-les-Ouates, le lie, le vitalise amène son lot de bonheurs et de malheurs.
Petit à petit, le rythme des passages s’accélère et se motorise, les traversées sont si rapides que les liens se rompent. Le village coupé en deux, s’étend de part et d’autre. Tout se précipite, nouvelles rues, routes, autoroutes pourtant malgré toutes ces voies de communication on ne se salue plus, la parole est rompue.
Cependant un lien tenu persiste, une maison veille, sommeille, gardienne et mémoire de la contrée. Ailleurs sur la plaine aux horizons lointains, les militaires campent, les cavaliers s’élancent, les avions s’envolent, déferlement de jeux, foires, expositions, promotions, les usines s’établissent.
Longtemps habitée par les meuglements chauds, les effluves des cuves, aujourd’hui en mon flanc fécond des liens se retissent. Désormais je me nomme la julienne, entre mes murs, un bistrot, tintements de verres, babils de vaisselles festives.
Rires mutins dans le jardin.
Entre la porte est ouverte,
La beauté se partage, théâtre, spectacles, discussions, savoir, disputes, réunions, découvertes, étonnement. Les mots s’entrechoquent, un chant monte, grimpe sur les murs, dans les livres, les contes, pour aboutir en un murmure parmi le verbe des herbes verticales et silencieuses. Croissance, transmutation, création, fabrication, manutention, vibration rythmique.
Les corps ondulent, le geste se fait parole, éveil de la chair.
Jouer, composer, improviser la voix des mondes, la musique du chœur, l’échappée d’une mélopée. L’émotion gronde, un sentiment à fleur.
Des mains habiles façonnent l’argile, ouvrage le métal vil et précieux. Les couleurs dansent sur la toile salée - sucrée de la vie. L’élan perpétué.    
Anne Canosa Honegger, Genève, le 5 juillet 2007

"LA GARDIENNE DES SONGES"

de Manuel Torres (au Vallon des Vaulx) :

"SYMPHONIE VERTICALE"

de Denis Wasem (au bas de la Butte) :

"SPIRALES"

d’André Raboud (Ecole du Vélodrome) :