Site officiel de la commune de Plan-les-Ouates
Territoire

LES ORDURES MENAGERES (déchets incinérables)

un peu d'Histoire

Longtemps les hommes ont confié à la nature le soin de digérer leurs déchets. Ce qui ne pouvait être récupéré ou utilisé pour nourrir les animaux était enfoui, brûlé ou servait d'engrais. 

Avec le développement de l'urbanisation, le cycle naturel a été rompu. 

Pendant près de 1’000 ans les hommes ont vécu dans des villes dont la propreté et l'hygiène laissait à désirer, jetant ou entassant leurs ordures sur la voie publique !

Dès le Moyen Age, de nombreux décrets sont publiés et se succèdent pour demander aux habitants des villes de nettoyer les rues et de transporter les immondices hors des enceintes de la Cité.

Il faut attendre le XIXème siècle pour que l'hygiène publique devienne une véritable préoccupation. Les réseaux d'eau potable et de tout-à-l'égout font alors, peu à peu, leur apparition. Les grandes villes s'organisent pour lutter contre la prolifération des détritus. En 1884, un préfet, Eugène Poubelle, oblige les Parisiens à utiliser un récipient spécial pour déposer leurs ordures ménagères devant leurs portes, afin qu'elles ne soient plus éparpillées dans la rue avant d'être ramassées par les services municipaux. Les parisiens nommeront ce récipient « Poubelle ».

La collecte à Plan-les-Ouates

La collecte des déchets incinérables a lieu tous les mercredis uniquement par conteneurs.
20 points de collecte de notre territoire sont équipés de bennes pour la récupération des ordures ménagères.

Pourquoi trier au maximum ses déchets ?

La nature ne sait pas détruire certains déchets comme le verre, le plastique, etc.
Trier, c’est récupérer les déchets recyclables qui peuvent être transformés et réutilisés pour préserver les matières premières comme le bois, le pétrole, etc.
Quand tout est mélangé, on ne récupère rien, tout est brûlé !

Le canton de Genève refuse depuis de nombreuses années d'instaurer une taxe poubelle pour les ménages. Ainsi, contrairement à la plupart des régions de notre pays, Genève mise avant tout sur la prise de conscience et le civisme de ses habitants en matière de tri et de recyclage.

Le plan cantonal de gestion des déchets du canton de Genève 2014-2017 réaffirme ses objectifs d'une politique incitative envers les ménages :

  • un taux de recyclage à atteindre de 50%, soit la moyenne suisse actuelle,
  • la généralisation du tri des déchets de cuisine (33% de la poubelle genevoise en contient),
  • l’application du principe du pollueur-payeur pour les entreprises.

Les Genevois démontrent qu'ils sont capables de trier aussi bien que leurs compatriotes sur une base volontaire. Cette politique misant sur l'incitation plutôt que sur la contrainte financière a pleinement prouvé son efficacité puisque le taux cantonal de récupération est passé de 10% en 1990 à plus de 45% aujourd'hui. 

Si ces résultats sont réjouissants, ils ne doivent cependant pas inciter les Genevois à relâcher leurs efforts en la matière.


  

Trier les déchets incinérés, c’est :

  • Supprimer les déchets qui brûlent difficilement (comme les déchets organiques, car ils contiennent 85% d'eau) en les valorisant.
  • Participer à la valorisation de tous les déchets recyclables (PET, papier/carton, fer blanc, alu, déchets de jardin, déchets de cuisine, ferraille ) .
  • Diminuer le volume et le poids de ses déchets incinérés.
  • Protéger l’environnement car la nature ne sait pas détruire certains déchets (verre, plastique, etc.).
  • Préserver les ressources naturelles car le recyclage permet de réutiliser les matières premières (bois, pétrole, etc.).

 Que deviennent-elles ?

Incinérées, les ordures ménagères sont brûlées à l’usine des Cheneviers et ne sont de ce fait pas valorisées.

 

 

Que faut-il jeter aux ordures ménagères (ou déchets incinérables) ?

Les déchets incinérables représentent tous les déchets qui n’entrent pas dans les filières de valorisation des déchets. Ils terminent leur vie brûlés. On parle aussi d’incinérables (tous les plastiques autres que les bouteilles de boissons en PET, les mouchoirs en papier, le papier souillé, les cassettes VHS et les vinyles, les berlingots -lait, thé froid, chocolat, etc.- en matériau composite).

 

Une famille témoigne de son expérience d’un mois d’observation de ses déchets :

Nous trions l’essentiel de nos déchets comme le fer, le PET, le papier et le verre. Cette expérience a révélé des quantités incroyables de déchets non triés, ce qui nous a incité à effectuer le test suivant dont voici le résultat obtenu après un mois d’efforts :
Pour les déchets de cuisine :
Nous avons rassemblé au total 10 kg de déchets de cuisine composés principalement d’épluchures, de marc de café et de restes alimentaires.
Pour ce faire, un mini-container vert avec couvercle et équipé d’un sachet compostable a été installé dans notre cuisine : simple, pratique et inodore.
Papier boîte aux lettres :
Nous avons récolté 5.5 kg de papier en tout genre, journaux, publicités, enveloppes, etc.
Poubelles dans les chambres des enfants (étudiants ou adolescents) :
Elles ont rendu 1 kg de papier, 500 g de restes alimentaires et 3 bouteilles de PET par jeune.

Conseils de Kitritou :

  • Bien trier ses déchets permettrait de réduire ses ordures ménagères de 66%, soit à 5 sacs de 110 litres par an et par personne.    
  • Le tri est quelque chose de personnel. Il n’y a pas de technique particulière ni de solution miracle ; toutefois, le tri est l’affaire de tous les membres de la famille. De plus, avec un équipement adapté, selon sa sensibilité et ses habitudes, on peut optimiser le tri.
  • Trier, c’est aussi diminuer le nombre de sacs d’ordures ménagères.
  • Pensez à appeler les éditeurs des journaux publicitaires que vous ne souhaitez plus recevoir.


Pour en savoir plus :
Plan de gestion des déchets de l’Etat de Genève

Publications :
Guide des déchets ménagers