Site officiel de la commune de Plan-les-Ouates
Territoire

LES PLASTIQUES

 

un peu d'histoire

L'utilisation de matières plastiques remonte à l'antiquité : les égyptiens employaient des colles à base de gélatine d’os, de caséine de lait, d’albumine d’œuf. Plusieurs siècles avant J.-C., les hommes utilisaient les propriétés plastiques de la corne, des écailles de tortue, de l’ambre, du caoutchouc, chauffés et moulés pour fabriquer de nombreux objets.

C’est à partir de la fin du XIXe siècle que débute la mise au point de nouvelles matières : les plastiques semi-synthétiques faits de polymères naturels modifiés chimiquement par des produits chimiques. Aucun matériau de production industrielle n’a connu, au cours des quarante dernières années, une évolution aussi spectaculaire que les matières plastiques. En Suisse, la consommation de matières plastiques s’élève à 800’000 tonnes par année.

Au début du XXème siècle, la fabrication de plastiques à partir de polymères naturels (cellulose et caséine notamment) fait place à la synthèse de nouvelles matières plastiques entièrement synthétiques. Les besoins militaires des première et seconde guerres mondiales entraînent un développement industriel et technologique de cette chimie de synthèse. Depuis, les matériaux plastiques se développent et accompagnent l’histoire contemporaine.

Au cours de ces cinquante dernières années, le développement de l'industrie des matières plastiques a été gigantesque et a rapidement dépassé celui de l'acier. Après 1945, le polystyrène, le polyéthylène, le chlorure de polyvinyle, le polyamide, le polyméthylméthracylate et le polypropylène sont entrés dans toutes les maisons - indépendamment de la condition sociale - dans les villages les plus isolés et dans les grandes villes, dans les pays les plus industrialisés et dans les économies les plus agricoles.

Il s'est agi d'un phénomène - et aucun autre, dans l'histoire de l'homme, ne s'est produit dans des proportions si étendues et avec une dynamique si rapide - de remplacement progressif des matières traditionnelles par les nouvelles substances synthétiques, ainsi que de transformation radicale des structures et des formes ergonomiques des outils, ustensiles, meubles et objets dont l'homme s'entoure chaque jour et dont il se sert. 

Le choc pétrolier de 1973 marque un tournant : les plastiques, considérés comme matières de substitution jetables et bas de gamme, deviennent souvent des matériaux sophistiqués et de haute technicité. La production mondiale de plastiques augmente chaque année et pose des problèmes liés à la pétrochimie et au devenir des plastiques usagés. La prise de conscience des enjeux environnementaux se développe et incite à de nouveaux progrès : amélioration du recyclage et de la biodégradabilité, utilisation de matières premières renouvelables, utilisation raisonnée des matériaux, etc.

 

On trouve sur le marché un vaste éventail de matières plastiques. Selon leur destination, elles contiennent divers additifs tels que plastifiants, stabilisateurs, pigments ou ignifugeants. Cette grande variété restreint les possibilités techniques de valorisation.

la récupération des plastiques

La consommation de plastiques augmente, et les déchets de ces matières croissent d’autant. Les pouvoirs publics réfléchissent avec les fabricants, les recycleurs et les commerces de détail pour trouver d’autres options d’élimination des déchets plastiques, écologiques et économiques. La valorisation matérielle n’est en effet pas judicieuse pour tous les déchets plastiques.

Il existe quelques projets pilotes, ainsi que divers détaillants qui reprennent certaines fractions.

Actuellement, 90’000 des 780’000 tonnes de déchets plastiques annuels font l'objet d'une valorisation matière, et près de 250’000 tonnes restent dans le circuit de la consommation en tant que produits (stockage intermédiaire).

Selon la dernière enquête de l'OFEV (2003), les matières plastiques représentent près de 15 % des ordures ménagères. Cette proportion croît pour deux raisons: leur consommation augmente et les autres matières valorisables comme le papier, le verre, l'alu, les PET, les déchets de jardin, sont collectées séparément et disparaissent progressivement des sacs poubelles.

que faut-il récupérer ?

La famille des plastiques est très vaste et il est parfois difficile de s’y retrouver. Chaque plastique est muni d’un code pour permettre son identification.

 

N° de recyclageNom du polymèreUtilisationRecyclage
Polytéréphtalate d'éthylène PETE ou PETBouteilles de boissons, plateaux de traiteur et de boulangerie, vêtements, tapis, pinceaux, etc.Uniquement les bouteilles de boisson
Polyéthylène haute densité HDPE ou PEHDBouteilles de boissons lactéesà rapporter dans les commerces 
Flacons et bouteilles de produits d’entretien, sacs à provisions
Poubelles, tuyaux agricoles, barrières, équipement de terrains de jeu, bûches plastiques, conteneur d'acide, etc.Déchets de chantier à déposer à l’ESREC de la Praille
 Polychlorure de vinyle 

PVC ou V

Tuyaux, profilés pour la construction (fenêtres, lames de terrasses, portails, etc.) , grillages

Déchets de chantier à déposer à l’ESREC de la Praille  
Bouteilles non-alimentaires
 Polyéthylène basse densité LDPE ou PEBDSacs et films plastiques
 Polypropylène PPPièces de voiture, cabarets, tapis et fibres géotextiles et industriellesDéchets spéciaux et industrielles à évacuer selon la filière professionnelle concernée
  Polystyrène PS   Cassettes vidéos
Accessoires de bureau, jouets
Panneaux isolants Déchets de chantier à déposer à l'ESREC de la Praille
 

Autres plastiques PC ou OTHER

C’est le code qui englobe tout et les types de plastique hors des catégories précédentes. Il inclue par exemple le polycarbonate, l'acrylique, le styrène-acrylonitrile (SAN) et le nylon.

 

La collecte à Plan-les-Ouates

Il existe en Suisse des essais régionaux de collecte de plastiques ménagers mélangés. Toutefois les coûts de collecte, de transport et de tri sont très élevés et il est difficile de trouver des repreneurs pour ces volumes de collecte hétérogènes. C'est la raison pour laquelle l'OFEV (Office Fédéral de l’Environnement) recommande aux communes de ne pas mettre en place de collecte des déchets ménagers en plastique mélangés pour l’instant.

 

Les points de collecte communaux ne récupèrent pas les bouteilles en PE. Seuls certains commerces proposent cette récupération pour une valorisation thermique.

 

que deviennent-ils ?

Les autres plastiques comme le PVC ou celui des sacs de super marché ne sont pas recyclés, car cela coute trop cher. À la place, ils sont brûlés dans les incinérateurs pour produire de l’énergie (on parle de « revalorisation énergétique »). Selon l’entreprise pétrolière Total, brûler un sac plastique permet de faire briller une ampoule de 60 Watts pendant 10 minutes.

Conseils de Kitritou :

  • Le PET est transparent tandis que le PE est opaque (souvent blanc).
  • Tous les plastiques sont des dérivés du pétrole. Privilégiez donc des contenants plus respectueux de l’environnement, en verre par exemple, sont préférables.