Site officiel de la commune de Plan-les-Ouates
Territoire

Guêpes et frelons

Guêpes et frelons : des insectes à protéger

Quand êtes-vous allé pour la dernière fois dans votre grenier ? Si vous y trouvez, au début de l’été, suspendue à une poutre de la charpente, une sorte de boule faite d’un matériau ressemblant à du papier, couverte d’insectes jaunes et noirs : vous hébergez vraisemblablement une colonie de guêpes, insectes rares et discrets.

Les deux espèces les plus répandues, la guêpe commune et la guêpe germanique, nichent généralement en terre, dans des trous de souris abandonnés. Les nids aménagés dans la haie de votre jardin ou dans votre grenier sont quant à eux habités par les espèces de guêpes les moins communes, beaucoup plus rares et qu’il faut protéger.

Les guêpes jouent un rôle très important dans le cycle naturel et dans la lutte contre les ravageurs. Une seule colonie de frelons capture journellement jusqu’à un demi-kilo d’insectes de toutes tailles. 

Des « sous-locataires » bien utiles

Mais les guêpes, qui jadis peuplaient les forêts, sont victimes d’une « pénurie de logement ». Les cavités naturelles dans lesquelles ces insectes aiment nicher sont de plus en plus rares. Les vieux arbres en particulier disparaissent. Or c’est à l’intérieur de leurs cavités que les guêpes et les frelons, mais aussi d’autres animaux, établissent de préférence leurs quartiers. Ils se rabattent donc parfois sur nos greniers, cabanes de jardin et nichoirs.

N’ayons pas peur des guêpes et des frelons

Ni les frelons, ni les espèces de guêpes habitant la haie de votre jardin ou contre la façade de votre maison ne vous importuneront. Seules les deux espèces communes nichant en terre vont parfois venir chiper un aliment dans votre cuisine ou directement dans votre assiette !

Les guêpes et les frelons sont en effet des insectes pacifiques, tant que nous ne les harcelons pas. Une piqûre occasionnelle n’a rien de grave, car les guêpes et les frelons injectent moins de venin que les abeilles mellifères. Le venin ne peut être dangereux que pour les personnes allergiques ou dans le cas d’une piqûre dans la bouche ou la gorge.

Un nid de guêpes n’est jamais réutilisé. L’hiver est toutefois la meilleure période si l’on souhaite colmater les éventuels trous par lesquels une nouvelle colonie de guêpes pourrait pénétrer pour construire son nid.

Si l’emplacement d’un nid est vraiment problématique et que vous souhaitez vous en débarrasser, vous avez deux possibilités : soit demander à une personne qualifiée (par ex. apiculteur) de l’enlever soigneusement (avec ses occupants) pour le réinstaller ailleurs, soit faire appel à une société de dératisation en vue de le détruire et tuer ses habitants, avec un insecticide. Cette deuxième solution n’est pas sans danger, les pesticides étant également toxiques pour les mammifères (chauves-souris) et les oiseaux, voire même pour les humains.

Or si ces insectes, que nous avons injustement bannis de leurs lieux d’habitat naturels, colonisent désormais nos cabanes de jardin et nos greniers, c’est une manière pour eux de lancer aux humains un appel à l’aide…

 

Source : Service Pro Natura

Pour en savoir plus : dépliant Pro Natura « Guêpes et frelons : de discrets sous-locataires »